shopclues coupons

godaddy promo code renewal

pizza hut india

globalnin

Index / Gazette du Dresseur 09.17 / Comment bien se préparer en vue d’une compétition ?

Comment bien se préparer en vue d’une compétition ?

La saison 2018 démarre et tout un tas de tournois sont d’ores et déjà annoncés. Chacun d’entre eux demandera un préparation solide et méticuleuse et c’est ce que je vais vous apprendre aujourd’hui. Voici comment se préparer de façon optimale en vue d’une compétition en trois points.

Bien entendu, il ne vous viendrait jamais à l’idée d’attaquer un tournoi de grande envergure sans avoir au préalable travaillé longuement sur votre équipe. Mais comment savoir si vous vous y prenez correctement ? Et que faire si votre méthode échoue systématiquement ? Pas de panique, nous sommes là pour ça. Pour bien se préparer à un tournoi et surtout avec un processus long et fastidieux tel que le Teambuilding il est recommandé de s’y prendre entre quatre et six semaines à l’avance et il y a plusieurs raisons à cela.

Premièrement, car on suppose que vous avez une vie en dehors de Pokémon, mais surtout parce que votre cerveau bien que doté de capacités stupéfiantes, a tout de même ses limites. C’est pour cela, par exemple, que les heures de classe ne durent jamais plus de 90min sans pause. En effet, de nombreuses études ont été menées sur notre ami le cerveau et ses capacités à se concentrer sur de longues durées. Ainsi, si l’on fait converger toutes ses études (Pomodoro, Tests de Mackworth etc) avec l’étude de notre rythme biologique (Cycle travail-repos) on obtient une belle moyenne de 1h de travail pour 15min de repos pour une efficacité maximale.

Notez aussi que les « champions » que ce soit du domaine de la musique, du sport, des échecs ou autres, s’entrainent par séances de 1h30 pour 20min de repos deux à trois fois par jour. Nous allons donc présumer que vous avez un cerveau normalement constitué et que vous avez une vie professionnelle/scolaire et sociale épanouïe ce qui nous donne une de ces séances par jour ou trois fois par semaine selon les emplois du temps en coupant toute source de distraction. Pensez à être régulier ! Le cerveau reste un muscle, et un muscle ça s’entretient ! (Pour ma part, je cherche toujours comment débrancher mes deux plus grandes sources de distraction: Ma copine et ma mère. Si vous trouvez le bouton Off ou Mute sur une des deux dites-le dans la section commentaires.)

Ne tombez surtout pas dans le piège de vouloir jouer des heures et des heures sans s’arrêter sous prétexte que vous ne sentez pas la fatigue ! Déjà pour les raisons que nous venons d’évoquer c’est à dire que vous ne serez pas au maximum de vos compétences, mais aussi car durant votre sommeil, votre cerveau stocke et trie les informations qu’il a reçues au cours de la journée. Et qu’est-ce qu’il se passe s’il a 45 combats Pokémon ou 10 pages de vocabulaire à trier la même nuit ? Eh oui, il mélange tout. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, se limiter est donc le meilleur moyen de maximiser la rentabilité de son travail.

Voici donc le programme que je conseille de suivre. Utilisez les deux à trois premières séances pour faire le coté pur teambuilding. Analysez la méta, choisissez votre core, vos attaques, faites vos calculs. Puis passez à la phase de tests. Faites l’équipe sur console ou simulateur et faites des matchs. Il faudra alors alterner. Une séance entrainement pur, une séance analyse des défaites et ce qu’il y ait eu hax ou non. Le fait d’analyser ses matchs un autre jour, permet de le faire la tête reposée et sans la frustration de la défaite alors servez-vous-en pour déceler les tours où vous auriez pu mieux jouer pour garantir la victoire ou ce qu’il faut améliorer dans l’équipe.
Répétez les séances à ce rythme régulier jusqu’à la date du tournoi en faisant les changements qui s’imposent au fur et à mesure. Si l’équipe ne vous convient vraiment pas alors que le tournoi est dans moins de deux semaines. Ne recommencez surtout pas ! Préférez-y plutôt d’y faire des changements anti-méta pour parer à vos matchups défavorables et n’oubliez surtout pas que ce qui prime c’est de bien connaître son équipe.

Dès que vous avez commencé à préparer votre équipe, prenez un rythme de sommeil sain et régulier ! Rien ne vaut une bonne nuit de sommeil chaque jour pour récompenser un cerveau qui a bien travaillé et lui permettre de refaire pareil si ce n’est mieux le lendemain. Pensez également à soigner votre alimentation pour que votre cerveau ne manque ni de sucre ni de vitamines. Ces deux conseils sont pour toute la durée de la préparation et ça ne servira a rien de dormir 14h la veille du tournoi, si la semaine d’avant vous n’avez meme pas atteint ce chiffre. Un esprit sain dans un corps sain, tous les experts vous le confirmeront, il n’y a rien de tel pour la concentration le jour J. De même, pratiquer une activité sportive régulière aide à éliminer le stress ce qui nous amène au dernier point.

Il est important de bien se mettre en conditions pour un tournoi auquel l’on veut participer sérieusement. Et on a déjà vu qu’il s’agit d’un travail bien plus rigoureux qu’il n’y paraît mais il reste le plus important, la condition mentale.
Lors des compétitions de grande envergure, les joueurs sont poussés dans leurs retranchements que ce soit sur le plan du stress ou de la concentration et même si les conseils plus haut aident déjà beaucoup pour ces deux plans, il reste le plus compliqué. Séparer sa vie privée. C’est à dire éviter toutes sources de stress de la vie privée dans les 48h qui précèdent un tournoi, de façon a pouvoir garder votre tête avec vous dans le tournoi, plutôt que sur le collègue de travail qui vous a fait la vie impossible toute la semaine. Vous pouvez aussi évacuer une partie de ce stress sur place, en organisant des voyages groupés et passant du bon temps avec les autres joueurs.

A propos Dr Sugus

Compétiteur VGC depuis 2010. Participant aux Worlds en 2010 et 2016. Latias c'est la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *